Vous êtes dans : Accueil > Environnement > Jardin des plantes

Plus d'infos

Office de Tourisme
2 rue Général De Gaulle
50300 Avranches
Tél : 02 33 58 00 22

Services Espaces Verts
29 rue du puits Hamel
50300 Avranches
Tél : 02 33 68 27 64

Jardin des plantes

Jardin des Plantes © Ville d'Avranches

Avec ses 12 jardins différents allant du jardin des Camélias au bois d’érables en passant par la prairie des Cerisiers en fleurs, ses espaces de convivialité et sa vue incroyable sur le Mont Saint-Michel, le Jardin des plantes d’Avranches vous accueille toute l’année.

Un paysage sans cesse renouvelé

La réputation du jardin d’Avranches repose en grande partie sur sa situation privilégiée ; belvédère suspendu entre ciel et terre d’où l’on embrasse d’un seul regard l’immense baie du Mont Saint-Michel, il inspira au XIXe siècle divers écrivains dont les plus célèbres sont Guy de Maupassant, Victor Hugo ou Stendhal…

En 2006 et 2007, le Jardin des plantes a été réhabilité dans le cadre de l’opération grand site du Mont Saint-Michel. Ce nouvel aménagement a redonné une seconde jeunesse à l’ensemble du jardin. Il comprend désormais douze jardins de collections dans un style moderne qui gardent un maximum de couleurs par la floraison en masse de végétaux.

Doté d’une signalétique adaptée aux amateurs de botanique comme au jeune public, d’espaces de convivialité et d’animation, le Jardin des plantes d’Avranches a retrouvé son éclat.

Un peu d’histoire

En 1796, l'Ecole Centrale du Département crée un lieu pour ses cours pratiques. En 1799, les premières plantations font de cet espace un jardin.

 Au XIXème siècle

Dès 1800, deux botanistes, Jean Le Chevalier et René Le Berriays, créateurs de la variété de poire nommée la Louise-Bonne d'Avranches, rassemblent 800 espèces et près de 2400 plantes (fleurs exotiques, arbres fruitiers, plantes médicinales).
Dans cette première moitié du XIXème siècle sont introduits dans le jardin : les camélias, le rosier de Chine, l'hortensia, les magnolias ainsi que les premiers rhododendrons importés de l'île de Java.
En 1842, la Société d'Archéologie fait installer dans le jardin le portail roman de la Chapelle Saint-Georges de Bouillé.
Ce jardin devient lieu d'inspiration pour les écrivains ; Guy de Maupassant y poussera son "cri d'étonnement" du Horla, et Paul Féval, l'auteur du Bossu y puisera son inspiration pour écrire "La Fée des Grèves" en 1851.

 Au XXème siècle

La fin du XIXème siècle et le début du XXème siècle font de ce jardin botanique un véritable jardin des plantes : plantations d'arbustes, de pelouses, de massifs floraux.
En Mai 1944, le site est classé. Mais, à l'été 1944, le jardin connaît les bombardements des batailles de la Libération et voit disparaître l'ancien couvent des Capucins.
En 1966, une nouvelle extension permet de créer des rocailles et des pièces d'eau ; le cimetière des Ursulines est conservé.
La tempête de 1987 cause de nombreux dégâts et fait tomber le fameux cèdre du Liban et le laurier sassafras.
La tempête de 1999 cause encore de nombreux dégâts.

C’est donc en 2006 qu’une opération de rénovation complète du jardin est lancée afin de lui donner une nouvelle jeunesse.

 La philosophie du Jardin

Le jardin vise dans son principe d’aménagement à retrouver la vocation initiale du lieu, celle d’un jardin des plantes. Il s’agit de lui donner une identité propre, se distinguant des aménagements urbains déjà réalisés et de redonner une générosité et une diversité végétale dans un esprit contemporain. 

Des végétaux adaptés

Jardin des Plantes (Agrandir l'image). © Ville d'Avranches

Le parti pris est de privilégier la sélection de plantes parfaitement adaptées au sol et au climat du lieu et d’une grande richesse horticole. Par son histoire le Jardin des plantes d’Avranches n’est pas un jardin d’acclimatation, ni un conservatoire botanique mais un jardin de promenade qui propose aux visiteurs des floraisons abondantes en toute saison.

Les végétaux ont été choisis pour la qualité de leur végétation, l’abondance de leur floraison ou pour la couleur de leur feuillage.

Respecter l’histoire du site

Le choix de végétaux induit que la structure originelle du jardin soit conservée. Les circulations ont été adaptées aux personnes à mobilité réduite. Le mobilier est parfaitement intégré au dessin du jardin et aux animations temporaires. Ce choix permet de poursuivre une politique d’animation choisie par la ville et appréciée des visiteurs.

Le jardin reçoit en effet, chaque année, la visite de près de 200 000 visiteurs.

Un jardin vivant en toute saison

Que la visite soit occasionnelle ou régulière cette promenade au jardin doit être inoubliable et permettre que chacun s’approprie le jardin des plantes.
C’est alors que le spectacle de la floraison des azalées et rhododendrons, des cerisiers et pommiers illumine le printemps, les hortensias et la prairie égaient l’été, que le feuillage des érables flamboie à l’automne et que l’hiver soit parfumé par les chèvrefeuilles tandis que les camélias et bruyères séduisent les visiteurs.

Présence d’alytes / crapauds accoucheurs

L’alyte accoucheur ou crapaud accoucheur appartient à la famille des amphibiens. Protégé, car en voie de disparation, il aime les zones humides où il peut s’enfouir dans des terres meubles, près des points d’eau et dans des étendues dégagées.
Quelques spécimens vivent dans le jardin des plantes d’Avranches. D’environ 5 cm, il est gris, brun ou jaunâtre sur le dessus et gris sur le dessous. Sa peau est verruqueuse et ses pupilles sont verticales. Il vit environ 5 ans mais certains spécimens atteignent les 20 ans. Il s’alimente d’insectes mais aussi de cloportes, de limaces ou encore d’escargots et de lombrics.
La femelle pond ses œufs au sec, le mâle lui massant l’abdomen pour l’aider à accoucher. Chez le crapaud accoucheur, c’est le mâle qui porte les œufs entourés à ses pattes arrière après les avoir ensemencés. Il les trempe dans l’eau chaque soir. Les œufs éclosent entre le 24 et le 44ème jour.

Si vous ne pouvez le voir facilement, vous pouvez l’écouter, car à la tombée du jour, il se met à "chanter", et oui chanter, car le son qu’il produit est très flûté ! Son chant ressemble en effet à celui du hibou petit duc mais en plus ténu et il sert à attirer les femelles.

12 jardins pour un jardin contemporain et poétique

La Baie du Mont Saint Michel depuis le Jardin des Plantes © Ville d'Avranches

Ce sont 12 espaces différents qui composent le nouveau jardin des plantes
- le jardin des Camélias
- le jardin des Hortensias
- le jardin des Magnolias
- la prairie
- le jardin des Rhododendrons
- le jardin des Azalées
- le jardin des Tilleuls
- le bois d’Erables
- le bassin des Gunneras
- la lande des bruyères
- le cimetière des Ursulines
- la prairie des Cerisiers en fleurs

Circulation et signalétique

L’entrée principale s’effectue place Carnot sur la droite. Elle permet aux personnes à mobilité réduite, aux poussettes de rentrer de manière plus accessible et confortable.
Pour faciliter la circulation des personnes à mobilité réduite, les pentes accessibles respectent les prescriptions de déplacement.
Une seconde entrée par escaliers se trouve au Centre de la place Carnot.

Cinq espaces circulaires de convivialité et d’animation délimités par des bancs courbes en bois d’acacia rythment la visite. Situés à l’entrée, autour du bassin, près du belvédère puis dans le bas du jardin, ces emplacements proposent un espace de repos ou d’animation temporaire.

La signalétique d’orientation
Positionnée aux endroits stratégiques du jardin, elle permet une orientation aisée des visiteurs.

La signalétique d’information générale
Essentiellement destinée aux scolaires, elle a été conçue de façon attrayante et donne une image contemporaine de la botanique du jardin. Elle donne surtout des informations sur l’origine géographique des végétaux ainsi que leurs caractéristiques horticoles.

La signalétique pour les visiteurs avertis
Elle permet d’identifier clairement l’ensemble des végétaux du jardin : identification botanique et horticole, origine géographique, découvreur, date d’introduction ou de création…

Partager sur